Argemone mexicana L. - PAPAVERACEAE - Dicotylédone

Code : ARGME

Synonymes : Argemone leiocarpa Greene
Argemone mucronata Dum. Cours. ex Steud.
Argemone ochroleuca Sweet
Argemone versicolor Salisb.

Noms communs : Chardon, faux chardon, mexican poppy.

Français   

Description botanique Biologie Ecologie et répartition Prévention et moyens de lutte

Description botanique :

Adulte : Plante érigée, verte, luisante de 20 à 80 cm de haut. Elle présente la particularité d’avoir une sève orangée qui s’épaissit en séchant.
La racine est longue et pivotante.
Tiges ramifiées à la base avec quelques épines.
Feuilles simples, alternes, sessiles, oblongues à obovales, de 6 à 20 cm de long et 3 à 8 cm de large, de couleur bleu vert tachées, présentant des lobes divisés et des bordures hérissées d’épines pointues. Les nervures sont blanches et très marquées.
Fleur solitaire terminale ou axillaire, jaune-vif ou pâle, d’un diamètre de 5 cm comprenant deux sépales épineux, six pétales et de très nombreuses étamines ; le pistil est terminé par un stigmate à 5 lobes de couleur rouge.
Les fruits sont des capsules ovoïdes de 3 à 7 cm de long, recouvertes de piquants, formés de 4 à 6 valves contenant de nombreuses petites graines rondes, huileuses, marrons ou noires.

Biologie :

Cette espèce annuelle ne se reproduit que par graines, très abondantes (de 2000 à 30 000 par pied selon les régions). A maturité, les graines tombent et forment littéralement un tapis de semences autour des pieds mères ; l’eau, la boue adhérente aux animaux, aux véhicules peuvent les déplacer. Les graines restent dormantes en saison chaude pour germer au début du mois d’avril. La floraison a lieu en saison fraîche, suivie de la fructification qui s’étale jusqu’en saison sèche. La plante est toxique pour les mammifères et les oiseaux. Les cas d’empoisonnement sont rares chez le bétail, mais les graines peuvent être ingérées par accident dans du foin contaminé (symptômes digestifs et respiratoires).

Ecologie et répartition :

Originaire du Mexique, A. mexicana est naturalisée dans la plupart des zones chaudes semi-arides à subhumides dans les sols peu fertiles. C’est une espèce envahissante sérieuse des cultures et des pâturages dans de nombreux pays (Argentine, Inde, Mascareignes, Afrique du Sud, Australie). Introduite en Nouvelle-Calédonie au début du 19ème siècle, elle est surtout présente dans les zones sèches, où on remarque à la floraison, “l’explosion” de peuplements dans les lits de rivières. Elle peut se montrer envahissante dans les pâturages dégradés, dans les zones de sols nus.

Prévention et moyens de lutte :

La priorité consiste à prévenir la germination et la dissémination du Faux chardon. Les pieds isolés peuvent être arrachés manuellement ou enfouis mécaniquement. Les plants déjà en graines doivent être manipulés avec précaution. Les infestations plus importantes peuvent être controlées par des méthodes culturales (labour, rotavator) et le gyrobroyage au stade jeune mais la régénération par semis naturel étant abondante, il faudra renouveler plusieurs fois ces opérations jusqu’à épuisement des graines dans le sol. Pour les peuplements plus âgés, mais avant floraison, le gyrobroyage sera suivi d’un traitement herbicide par pulvérisation ou ciblé (selon la densité du peuplement) sur les repousses de 15 jours (2,4-D, piclorame + 2,4-D). La germination pouvant s’échelonner, il faudra veiller à retraiter les plantules tardives.